Loading...

Children Stories

We have many Children that will share with you about there life, Please Refer to the Children's pictures!

  •  Mon père est mort en 2002 suite à la maladie de tension. Il a passé beaucoup d’années à l’hôpital avant sa mort. Jetais encore trèspetit et Je ne pouvais pas comprendre la disparition de mon père et surtout pas les conséquences y afférentes.Ma mère est trop vieille elle a plus de 70 ans et ne peut pas travailler pour nous donner à manger moi, mes frères et nos sœurs. Elle souffre dudiabète depuis longtemps, nous vivons grâce aux aides de l’église qui achète aussi médicaments pour ma mère. Je continue à demander à Dieu de n’est pas amener ma mère ciel avant notre âge adulte. Parce que je l’aime et je ne peux trouver une personne qui peut m’aimer au monde comme elle. Nous bénéficions de l’aide venant des membres de famille et d’autres bienfaiteurs pour vivre et pour étudier. La vie est très difficile pour moi ;je peux affirmer que depuis plus de 3 ans je n’aijamaismangé trois fois par jour et j’étaisfréquemmentchassé de l’école. Dans cette vie difficile,j’ai eu une grâce de la part du seigneur.Un jour à la sortie de ma chorale, au début de l’annéepassée le pasteur responsable de notre paroisse, medonne une invitation à remettre à ma mère auretour, ma mère très contente m’a dit qu’il Ya la famille Maitre Ruberwa qui a excepté de me payer le frais scolaire durant toute mes études. J’ai pleuré de joieje n’avais jamais entendu parler de lui et moins encore de son CFR.Depuis que je suis pris en charge par cette famille j’évolue bien comme jamaisauparavant. Ma mère ne doute plus du début ni de la fin de l’année. Car je sais que mon année est payée ; je bénie Dieu pour cette assistance. Je remercie DIEU pour cette aide, je remercie infiniment également la famille Me RUBERWA pour cette assistance, Je demande à Dieu de multiplier la richesse de cette famille pour que nous puissions tous en bénéficier comme maintenant.merci

    MULUME JEAN - CLAUDE

    Mon père est mort en 2002 suite à la maladie de tension.

  • WABIWA est née en 1997 à Goma. Ses parents se sont séparés quand elle avait que 5 ans. Elle n’a jamais connu son père car depuis leur séparation son père n’a jamais fait aucun effort pour rencontre sa fille. Les circonstances de la mort de son père ne sont pas connues seulement avant d’affirmer sa mort, il avait disparue pendant plusieursannéesmais personne ne n’a vu son corps. Personne ne peut infirmer ni confirmer sa mort. Nous sommes certains de sa mort. Apres la séparation de son père sa mère a commencé à vivre une vie difficile et désordonnée elle pouvait me laisser seule dans la maison et rentre très tard la nuit ; finalement elle a choisi de vivre aux camps militaireskatindo avec un militaire et depuis ce temps je ne l’ai jamais vue. On affirme que ma mère est morte au frontou il avait suivi un militaire. Depuis ce temps un des nos voisins m’a récupéré pour m’héberger chez lui,mais ils m’ont dit que seulement on me donnera à manger mais que c’était impossible pour eux de me payer les études. A mon avis leur intention était de me rendre une nourricière pour leurs enfants ou peut être une domestique .J’étais malade de voir les autres enfants aller àl’école surtout lorsque il me saluer en français ou réciter des petites récitations au retour de l’école. Mon tuteur me donnait le temps d’aller à l’église et comme j’aime les chants je me suis fait inscrire dans la chorale de l’église. Un membre de notre l’églisenazaréenne accepta depayer mes études, il m’avait aimé à cause de ma voix, mais au fur et à mesure que j’évoluée à l’école, le monsieur disait qu’il commence àêtre difficile pour lui de me payer des études. J’attendais seulement que l’on m’annonce qu’ils ne sont plus capables pour arrêter mes études. C’est juste en ce moment que l’église par le biais du pasteur responsable m’a informé qu’ils ont obtenu une aide de cfr de maitre RUBERWA pour les enfants orphelins en difficulté, et que dès ce temps je ne dois plus m’inquiéter du minerval. Ma joie fut très grande, je crois que celle-ci est la première bonne nouvelle de ma vie. Maintenant j’ai l’espoir je ne suis plus chassée de l’école. Merci au seigneur et àCFR, que Dieu bénisse la famille Ruberwa qui nous a adoptés par cet acte de charité. WABIWA

    WABIWA FLORENCE

    Elle est née en 1997 à Goma. Ses parents se sont séparés quand elle avait que 5 ans.

  • Le jeune kandolokabwami est orphelin de père. Ce dernier est mort du VIH -SIDA la famille kambwami a eu beaucoup de peines à vivre après la mort de son père. Quelques mois seulement après la mort de son, sa mère aussi est décédée de la même maladie que son époux.La mèreest décédée juste quand kandola venait d’entrée en premièreannée du primaire. Ils ont laissés la famille dans une grande désolation à cause de la misère. La nouvelle de la mort de ses parents et surtout de la cause de la mort s’est vite propagée dans le quartier ceci a fait que beaucoup de parents refusent que leurs enfants jouent avec kandolo. C’est une stigmatisation pure et simple. La famille proche qui était sensée le protéger et le nourrir le rejetant presque il passait la nuit dans la rue sous prétexte que Kandolo pouvait contaminer ses enfants alors que il n’était même pas séropositif. Un de ses onclesfrère de sa mère accepta de protéger l’enfant ;malgré les allégations de sa maladie mortelle et contagieuse qui pesait sur cet enfant.il lui hébergeant chez lui, il le mettant ensemble avec ses enfants mais le problème des frais scolaire perdura. Mon oncle décida de ne pas me scolariser il me nourrissait seulement, acheter de bons et neufs habits a ses enfants, mais à moi on achetait que des habits usagés ceci était plus due à sa femme qui ne me sentait pas. Le verset de la bible qui dit que Dieu est le père des orphelins je l’ai vraiment vaincu lorsque on m’annonçant que le vice-président RUBERWA avait accepté de payer mes études. Je n’avais jamaisrencontré des hommes animés d’une telle compassiondans ma vie. La nouvelle du paiement de mes études était trop bonne pour êtrevrai. Quand il nous rencontraàGoma j’ai voulu lui témoignéma joie de mon cœur mais malheureusementce n’était pas facile compte tenu de son emploi dutemps. Pour le moment j’étudietrès bien j’étudie dans une bonne école je paie le minerval à temps. Je béni l’éternel et je remercie CFR et maitre Ruberwa. Merci

    KABWAMI KANDOLO

    Elle est orphelin de père. Ce dernier est mort du VIH-SIDA la famille kambwami..

  • BAZIKA est orphelin de père et de mère son père est mort de suite d’un accident de circulation dans le parc national de Virunga en 2000. Juste une annéeaprès la naissance d’elie ; ceci veut tout simplement dire que ELI n’a jamais connu son père. Une annéeaprès ma naissance sa mère est aussi morte d’une maladie de courte durée. C’est ainsi que Dieu l’a voulue. Mais au moins il Ya des hommes qui sont animés par l’esprit de Dieu, qui font une partie de ce que mes parents devrait faire le paiement du minerval est un exemple éloquent. Apres la mort de mes parents le conseil de la famille me confia à ma tente, sœur de mon père. Une femme sauvée et animée par l’esprit de Dieu mais qui avait des moyens très limites. Elle me donne à manger comme ses propres enfants et me considère comme tel , mais malgré cette bonne volonté elle est très pauvre , nous avions le problème d’argents ,ceci était trop visible pour les études et les fournitures scolaires. Ma tante est une chrétien née de nouveau et très populaire dans notre église, avec son implication totale et son dévouement a l’église et l’œuvre de Dieu,elle a su l’information quand papa RUBERWA a choisi d’aider les enfants de notre église mon nom a été mis sur la liste. Cet acte combien louable de la famille Ruberwa a résolu le problème de frais scolaire,même s’il reste le problème de fournitures scolaires et d’habits.Depuis que suis pris en charge par CFR, j’étudie bien sans aucun problème je suis plus chassé de classe et j’évolue bien et mes résultats scolaires se sont améliorés considérablement.Je demande à Dieu de bénir la famille RUBERWA.

    BAZIKA

    BAZIKA est orphelin de père et de mère son père est mort de suite d’un accident

  • Cette fille est en effet orpheline de mère. Elle estmorte du sida en 2009, elle est morte après une longue maladie parce elle n’a pas voulu s’explique pour qu’elle puisse recevoir des soins approprier. SANGANYI n’avait pas de papa déclaré sa mère avait caché le géniteur raison pour laquelle on lui donna le nom de son grand- père KIKUKAMA au lieu et place du nom de son père. A la mort de sa mère sa situation de l’enfant s’aggrava. Il y avait personne pour l’aider dans ses études raison pour laquelle elle a d’ailleurs eu un retard dans ses études.EIle n’a commencé la première année primaire à l’âge de 8 ans. Elle est en cinquième primaire alors qu’elle devrait être déjà au secondaire. L’aide de CFR est une grande nécessité pour elle malgré son âge et son retard elle dit qu’elle va terminer ses études car elle obtient de bon résultat. Nous remercions CFR et papa Ruberwa pour son assistance que Dieu bénisse sa famille. Kikukamasanganyi

    KIKUKAMA SANGANYI

    Cette fille est en effet orpheline de mère. Elle estmorte du sida en 2009,

  • Le père de omari est mort en 2008 de suite de la maladie du sida sa mère aussi suivra une annéeaprès soit en 2009. Son père comme avait deux femmes Il avait beaucoup d’enfants, mais il n’avait pas de moyens de nourrir sa famillemême pendant son vivant. A la mort de sa mère le petit omari a été récupéré par sa grand-mère maternelle. C’est une maman qui n’a pas beaucoup de moyens mais qui se débrouille pour le faire nourrir en détaillantla pomme de terre àcôté de sa maisonnette. Durant toute l’année de 2010 Omar était malade de la tuberculose.Il a eu une vie sauve grâce a uneinfermière voisine qui informa l’hôpital. Il a d’abord était hospitalisédit- il mais après six mois de cure intensif de médicament, il commença à reprendre, mais cela retarda ses études d’une année. Lorsque il a repris des études il avite été confronté au problème de minerval il a été chassé de classe plusieurs fois et ceci a négativement influencé ses résultats scolaire. En plus discrimination car beaucoup des gens croit à tort que comme ses parents sont mort du SIDA lui aussi est atteint. C’est faux .C’est seulement la tuberculose et non le sida. A côté de problème d’études il y a aussi le problème de nourriture ,il affirme que plusieurs fois, il va à l’école sans manger et plusieurs fois et passe la nuit sans manger. Depuis que jesuis pris en charge par cfr j’étudie bien sans problème je ne rate plus mes cours et je réussi bien Je remercie Me Ruberwa pour son aide.

    OMAR Ramathani

    Le père de omari est mort en 2008 de suite de la maladie du sida

  • Le père de omari est mort en 2008 de suite de la maladie du sida

  • Son père monsieur bolingoest celui qui est mort le premier. Selon les renseignements et la connaissance populaire le monsieur est mort à Goma du poison communément appelé (karuho) en 2000.Sa mère madame Zaina est morte en 2011 suite à une maladie non connue. A la mort de ses parents le jeune bugingoa beaucoup souffert, il mena une vie vraiment trèsdifficile il est hébergé chez une ancienne connaissance de son père. Ils vivent trèsdifficilement,le tuteur est très âgé et n’a plus la force d’exercer son métier, celui de maçon. Actuellement il ne fait plus rien il vend que des cigarettes ala porte de sa maison. J’ai commencé les études dit Bugingo avec beaucoup de retard faute de minerval. Au retour de l’école je faisais le transport des bagages à la douane et le marché de Virunga pour que je puisse trouver un d’argent acheter la nourriture et la boisson alcoolisée. La boisson alcoolisé me faisait d’oublier mes peines pour un temps.Il nous raconte son histoire en pleurant. SUMAHILI BUGINGO,devrait être en principe aux humanités il ne qu’en premier de cycle d’orientation. Il a vu sa peine diminuée lorsque le CFR a accepté de payer ses frais scolaire sauf qu’il a encore la difficulté de se payer les fournitures scolaires. Que Dieu bénisse le donateur et sa famille

    SUMAILI BUGINGO HUSSEIN

    Son père monsieur bolingoest celui qui est mort le premier.

  • Le père d’amza est mort à Goma de suite d’une longue maladie non autrement identifiée. Ilest mort en 1999 l’année de sa naissance. Sa mère madame Safi est décédée, elle aussi cinq ans après la mort de son mari. Selon sa grand-mère, la mère de amza est morte de suite d’une poison communément appelé Karuho qu’on lui a donné dans la nourriture elle pense que c’est un règlement de compte de ses familiers. Il vit présentement chez son grand-père paternel vieux et pauvre, vendeur de pomme de terre à la petite marche de Birere dit Kasoko. Cette grand-mère malgré sa bonne volonté elle est incapable de pourvoir aux besoins scolaires d’amza ainsi qu’autres enfants qui vivent avec lui. Il pouvait faire de sorte que les enfants mangent qu’une seule fois par jour mais payer le minerval régulièrement était un problème. Avant que association des musulmans du Congo me recommande au cfr il était chassé régulièrement à l’école, j’ai raté beaucoup d’examens mais depuis que je suis aidés par RUBERWA j’étudie bien je suis mes cours et j’évolue très bien j’ai de l’espoir de vivre et d’avoir un avenir meilleurs. Merci pour cette aide et que Dieu vous bénisse.

    AMZA KALONDA

    Le père d’amza est mort à Goma de suite d’une longue maladie

  • Ally a perdu son père le 19/06/2008 il est mort de tétanosà l’hôpital de CBCA Goma.Sa mère elle, est décédée avant son père c’était en 2005 de tuéeguerre dans le territoire de Rutchuru. Elle était allé pour acheter le mais pour sa petit commerce. En effet les coupeurs de route tirèrent sur le chauffeur vers 18h, à la mort du chauffeur le véhicule se renversa dans une fosse et ma mère est morte sur place. L’armée nationale a intervenue avec retard, mais ils ont pu récupérer le corps pas rien d’autre. Nous sommes une famille nombreuse, nous sommes plus de 7 enfants le conseil de la famille se partagea chacun selon ses moyens les enfants, en soi nous séparer en nous partageant entre membre de la famille n’était pas une bonne chose car le sens de la famille avait disparue avec cette séparation. Certains d’entre nous(le plus âgés) tentèrent de refuser mais en vain.On me confia àla petite sœur de ma mère veuve elle aussi, Cela que je vis mais, elle manque cruellement des moyens elle ne travaille, pas et n’a pas terminer le primaire. Elle nous répète souvent que pour elle, nous nourrir est sa priorité le reste Dieu s’en chargera. J’ai bénéficié de l’aide de cfr grâce au responsable de la mosquée de birere qui connaissait mon casil informa ma tuteur. Depuis que je suis aidé par cfr je ne suis plus chassé de l’école comme auparavant.Dieu merci nous avons un autre père en la personne de maitre Ruberwa. Merci infiniment

    ALLY ABDOUL

    Ally a perdu son père le 19/06/2008 il est mort de tétanosà l’hôpital de CBCA Goma.

  • Furaha kasime est une fille qui a le sourire sur leslèvres, elle aime sourire tout le temps. Malheureusement son histoire ne rime pas avec son charme. La mère de Furaha est morte pendant l’accouchement ;Elle est morte en fait lorsqu’elle donnait vie à Furaha. Au moment de l’accouchement de sa famille habitait une régiontrèsreculée dans le district de masisi. La distance qui le séparait de l’hôpital était de 3 jours de pieds pour une personne non malade. Les sages-femmes du village qui ont aidé la mère de Furaha à accoucher n’ont pas pu la sauver. C’est au fait au moment de la naissance que le calvaire de Furaha a commencé .Non seulement elle ne connaitra pas sa mère,mais aussi celui qui devait le consoler tomba malade et perdant toutes ses facultés mentales devenant fou. Le père de Furaha lui est encore vivant mais, il est fou comme nous venons de le signaler son père tombe malade brusquement et cette maladie le rend fou, il ne peut connaitre ou se trouve ses enfants .Selon sa tante son frère a disparu et ça fait presque une année qu’ils n’ont plus de ses nouvelles.On ne sait même pas s’il est encore vivant ou si sa folie l’a finalement emporte affirme- t- elle. J’ai eu la chance d’être choisi par notre mosquée pour être aides par cfr. Je dois affirmer que depuis le début de mes études je n’avais jamais étudier quatre jours de suite sauf peut-être le mois de septembre, le mois de l’ouverture jusqu’au moment où le CFR ma prie en charge. Je bénie le seigneur et je remercie papa Ruberwa pour cette œuvre louable. Que Dieu vous bénisse.

    FURAHA KASIME

    Furaha kasime est une fille qui a le sourire sur leslèvres, elle aime sourire tout le temps.

  • Mon père est mort du VIH- SIDA père est décédé en 2006, ma mère est gravement malade. Apres la mort de mon père note famille au sens large du terme accusa ma mère d’avoir tué mon père, car disent- ils il lui a ensorcelé pour qu’il puisse attraper le SIDA. C’est une affaire qui a mal tourné pour nous. Parce qu’avec cette accusation, le conseil de famille se fonda sur une coutume injuste pour dire qu’une femme qui a tué son marie ne peut pas avoir droit aux biens laissés par son mari. Notre calvaire commença au fait le jour de la mort de notre père. Nous vivons une vie de souffrance, notre grand père a vendu la parcelle de mon père, il y a des jours ou ne mangeons pas, nous n’avons pas d’uniforme comme les autre. Notre mère encore vivante passe beaucoup de temps au lit ou à l’hôpital, notre oncle nous donne à manger, mais il n’est pas à mesure de nourrir deux familles à la fois. Je suis tombé malade le mois dernier, ma mère n’a pas eu d’argent pour me payer les médicaments pour me soigner. Depuis que je suis aidé par CFR, je n’ai jamais était chassé de l’école, seulement je manque de cahiers et des habits. Lacommission en charge du social de l’église Restauration Church, l’église de ma mère, a soumis mon cas au CFR, je suis content et je continue àbénis Dieu pour cette intervention divine pour ma vie. Que Dieu bénisse la famille Me Ruberwa et son CFR, pour ce sacrifice combien louable.

    MUNYANTORE JOSUE

    Mon père est mort du VIH- SIDA, ma mère est gravement malade.

  • L’enfant DORCAS est une orpheline du père, son père ABOUBAKAR RUMANGA KAZIMIRE était officier de la FARDC au grade de Major. Sa mort survenue à BUNIA dans la province Orientale au champ de bataille et laissent une veuve et dix orphelins dont DORCAS est l’avant dernière. Vu les difficultés de la vie, liée manque des moyens, de minerval, moyens vestimentaires, l’Eglise Evangélique de la Restauration nous est venu en aide en soumettant son cas au Congo family Restauration, car la situation financière devenait de plus en plus difficile par le fait que l’enfant DORCAS été chassé de l’école chaque jour et cela ne la permettent pas de réussir comme d’autres enfants de son âge et sa classe. Cette Assistance est d’une importance capitale pour la vie de l’enfant DORCAS vu qu’elle étaitprête a abandonné les études, mais grâcea cet Assistance elle ne plus chassée et étudie dans des conditions qui sont bonne malgré quelques difficultés de trouver l’uniforme et les cahiers. L’église a choisie l’enfant DORCAS par l’intermédiaire de la commission sociale qui s’en chargé de son cas auparavant.

    ABOUBAKAR Ngoma

    Son père ABOUBAKAR RUMANGA KAZIMIRE était officier de la FARDC au grade de Major.

  • Je suis orphelin de père, ma mère est vivante mais elle est paralyséesa cause de la maladie du SIDA.Mon père est mort du VIH/SIDA, ma mère est vivante, mais elle est souvent malade et vit au médicament. Apres le décès de mon père, la famille a décidé de chasse ma mère de l’unique maison qu’avait construite mon père sous prétexte que ma mère a tué mon père par sorcellerie. Ils souffrent beaucoup, ma mère n’a pas de force pour travailler suite à sa maladie .Nous sommes 7 enfants dans notre famille, nous avons raté quelque années d’études, l’égliserestoration nous a souventassistéen nourriture, nous passons plusieurs nuits sans manger . Ma mère a entendu par son copine que le CFR aide des enfants en difficultés et serait venu demander à la restoration de lui donne 5 orphelin en difficulté à l’église (qui connaissait déjà ce cas) voilà comment je me suis trouvé dans les mains de c f r. Depuis que je suis aidé par cette organisation j’étudie bien car sans son aide je serai peut-êtreun enfant dans la rue ou de la rue. J’ai espoir, je serai médecin Que Dieu bénisse CFR.

    BAHATI CALEB

    Ma mère est vivante mais elle est paralyséesa cause de la maladie du SIDA.

  • Mon père est mort il y a de cela 11 ans. Ilest mort du SIDA.ma mère est aussi déjà malade et sa maladie est très avancée. Elle manque comment payé le frais scolaire car mon père n’avait rien laisser comme biens pour nous aider dans la vie. Maintenant avec l’assistance de CFR, cette intervention m’a vraiment aidé car je suis en sixième secondaire en section technique, et notre section est très chère ma mère et ses moyens ne pouvait rien faire. Le CFR m’aide et je peux espérer avoir une vie meilleure. Avant que l’ong Congo Family restauration Church ne vienne l’église restoration Church m’avait pris en charge comme orpheline mais l’argent trainait à venir ce qui faisait que j’étais régulièrement chasse de classe. Je vous remerciebeaucoup car cette assistance qui a une grande importance pour ma vie et pour mes études. La meilleure aide dit on est celui de donner à l’autre les moyens de s’auto-suffire dans la vie. En nous payant le minerval papa Ruberwa nous donne, en effet le moyen d’être autosuffisant dans la vie et d’aider les autres dans la vie. Je suis trèsreconnaissante pour la famille Ruberwa parce que je ne pouvais pas espérer qu’un jour je puisse terminer mes études, mais maintenant j’ai des bonnes raison de croire pour un avenir meilleur.

    MBAMBI SALAMA

    Mon père est mort il y a de cela 11 ans. Il est mort du SIDA.

  •  Cette fille est une orpheline de père décédé 2010 suite à une maladie de DIABETTE laissant une veuve et 6 orphelins. Le décès du père a fragilisé la famille au point que la veuve s’est retrouvée dans une situation où elle ne pouvait plus assurer et la scolarité des enfants. Le logement des enfants ainsi que leur restauration .Cette veuve se retrouve avec une maladie incurable .Elle est atteint du cancer au niveau de la jambe et cette situation l’affaiblit sur tous les plans à tel enseigne qu’elle n’arrive plus a s’en sortir tellement la charge pèse. C’est ainsi que lorsque cette situation s’est aggravé l’église restoration Church, on travers sa commission sociale, s’est chargée de ce cas enfin de soulager avec ses moyens ce cas.Cette aide du CRF leur ait d’une importance capitale, car elle a permisà l’enfant de retourner sur le chemin de l’école dans les conditions favorable qui lui permettent de réussir comme tous les autres enfants et ainsi, soulager tant soi-peu à la charge de la veuve vulnérables. Que Dieu Bénisse le CFR pour leur soutien aux vulnérable.

    NYOTA KIHANA

    Sa père décédé 2010 suite à une maladie de DIABETTE laissant une veuve

  • L’enfant a perdu sa mère qui faisait les trafics de la boisson fabriquée localement de KATANA /SUDKIVU vers GOMA dans le nord kivu. Cette dernière s’était noyée dans le lac Kivu lorsque l’enfant avait que deux ans.A la perte de sa mère plusque tous cette fillette a beaucoup souffert. Elle n’a pas connu sa mère.Deux ans après le père était aussi décédé après une longue maladie non autrement identifiée. L’enfant a était informée a l’âge scolaire. Cet enfant a été fortement traumatisé de cause de cette nouvelles annoncée, au fait elle ne savait pas que ce qui l’héberge n’étaient ses parents. Ceci a fait que l’enfant a eu quelques années de retard à l’école. L’enfant est gardé chez sa tante paternelle qui aussi n’a pas de moyens et âgée de 80 ans. Actuellement, l’enfant fréquente l’école sans difficultés grâce à l’appui du CFR et elle évolue bien sans aucunes difficultés.

    KABUMBA ANTOINETTE

    Sa mère qui faisait les trafics de la boisson fabriquée localement dans le nord kivu.

  • Le père avait pris voyage d’affaire, quand l’enfant avait deux ans. Le père était rentré lorsque l’enfant avait déjà 3 ans .Elle n’apas connu à la naissance l’affection du père. Voulant rentrée à BUKAVU pour encore le voyage d’affaire il se noya dans le lac Kivu. L’Enfant resta avec sa mère veuve qui est déjà très vielle et n’a pas étudié et n’a aucun moyen pour l’aider. L’enfant a été choisi par le Monseigneur vicaire général qui donne ce qu’il avait car connaissant bien la vulnérabilité de sa famille et cet enfant évolué dans le groupe d’anges du ciel. Avant que l’enfant ne soit supporté par CFR, elle étudiait dans des conditions difficiles. Chassé plusieurs fois, ratais fréquemment ses examens. Depuis qu’elle a été prise en charge par CFR elle étudie dans de bonnes conditions, la veuve qui garde l’enfant dit merci et restera reconnaissante. Que Dieu vous bénisse

    BORA CHIZA

    Le père avait pris voyage d’affaire, quand l’enfant avait deux ans.

  • L’enfant avait été ramassé en cours de route dans un carton à Goma dans le quartierBirere un quartier qui a la réputation de manifester la promiscuité et les filles prostituées.Personne ne connait ses parents, les noms de parents écrit ci-avant sont en réalité ceux de ce qui l’ont ramassée et qui l’héberge. Ces hommes de bonne foi vieux tous deux ont finalement adopté de fait cet enfant. L’enfant ne cannait rien de cette histoire, les parents adoptifs craignent qu’en révéla a l’enfant cette nouvelle que cela ne puisse le traumatisé pour rien. L’enfant est gardé chez une vielle maman qui l’adoptée son mari est mort et sans moyens pour subvenir à ses besoins. . A présent grâce del’aide inestimable de CFR l’enfant évolue dans de bonnes conditions, elle suit ses cours sans problème et ses résultats le prouvent. Avant l’aide de CFR, l’enfant était toujours bousculée à cause de l’insolvabilité. Elleraconte son histoire une partie de son histoire bien sûr, en pleurant.

    NZIGIRE CHISHIBANJI

    L’enfant avait été ramassé en cours de route dans un carton à Goma dans le quartierBirere

  • Le père de l’enfant fut militaire et fut tué au front. La mère aussi est morte du VIH/SIDA.L’enfant est gardé chez sa grand-mère qui est vielle et diminue. L’enfant a été choisi par une équipe des enseignants chargée du social qui nous soumettra son cas au paroisse saint –Esprit dans la ville de Goma. A ce jour, l’enfant est à l’appui du CFR. lesrésultats scolaire obtenu l’annéedernière et la premièrepériode de cette annéedémontrentà suffisance l’importance de l’aide en frais scolaire qu’elle continue à recevoir de CFR. Elle remercie infiniment CFR et la famille maitre Ruberwa et dit qu’elle ne va oublier ses bonnes œuvres qui la rendu un être qui a de l’importance et de l’espoir. Dieu vous bénisse.

    SABINA SIMBA

    Le père de l’enfant fut militaire et fut tué au front. La mère aussi est morte du VIH/SIDA.

  • Le père de cet enfant a ététué pendant la guerre de libération a NYANZALE dans le rutchure. Son père a été tué dans la maison alorsqu’il était ensemble. Une bombe est tombée sur la maison tua son père et un de ses frères. La mère aussi était morte de suite d’une maladie. L’enfant est gardée chez sa tante maternelle, vielle de 77 ans, qui n’a malheureusement pas aucun moyen et n’a pas étudier pour donner à l’enfant d’éducation qu’elle a manquéà la perte de ses parents. Dans la famille d’accueil l’enfant mange à peine, manque souvent d’habits et d’uniforme. L’enfant a été choisi par un groupe d’accompagnement de malades de l’église catholique qui visite les vulnérables de l’église Pour le moment l’enfant étudie dans de bonnes conditions,excepté l’habillement qui fait défaut, mais auparavant elle était insolvable à tout moment et souvent renvoyée de classe ce qui nemanquait pas àaffecter négativement le résultatscolaire. Merci papa Ruberwa.

    SEMPABUKA CLEMENTINE

    Sa père a ététué pendant la guerre de libération a NYANZALE dans le rutchure.

  • Les parents de cette fille sont tous morts de la maladie du VIH/SIDA c’est –à dire que son père c’est celui qui est mort avant en 2001 ,la mère après sept ans de maladie elle ci aussi est morte. Après la mort de cet homme, la femme veuve est rentréechez- elle, chez ses parents au fait avec ses enfant. Lorsqu’elle est morte aussi la grand-mère s’est trouvée dans l’obligation de prendre en charge cette fille jusqu’à présent. Pour le moment depuis qu’elle est aidée par cfr sa vie s’est vraiment améliorée surtout sur le plan scolaire et remercie infiniment la famille Ruberwa pou cette aide. Que Dieu vous bénisse.

    KASOKI APPOLINE

    Les parents de cette fille sont tous morts de la maladie du VIH/SIDA

  • Le père de cette enfant est mort suite une maladie de longue durée après beaucoup des soins mais sans succès il mourra à Goma. Quelques années après la mort de son père samère a ététuée par les miliciens mai-mai à Pinga. C’était lors d’un déplacementde ses commerces. Elles sonttombée dans une embuscade est fut tuées, les autres ont une vie sauve grâce à l’intervention militaires qui était a quelques kilomètres du lieu de drame. Cette fillette est protégée dans la famille d’accueil chez son grand-père paternel celui – ci n’apas du travail , il a l’âgetrès avancé et il se débrouille malgré ses forces très limitées à fournir à manger aux enfants ,mais il était impossible de payer le minerval. Un groupe des veuves de notre église a présenté ladoléance aux pasteurs responsable de notre paroisse, l’église a accepté comme ça qu’elle a eu la chance d’être aides par cfr. Nous, veuve de l’église avions entendre parler de CFR Par un groupe de gens d’une Eglise amie qui avait des enfants aides par CFR.Nous avons appelés le responsable de cfr qui a également répondu favorablement à notre demande. On connaissait Ruberwa non seulement comme politiciens mais aussi comme serviteur de Dieu. Lorsqu’un quota de 5 enfants a étéalloué à notre église l’enfant Munepo a été choisi par le responsable de l’église pour bénéficier de l’aide de la part CFR. Que Dieu soit loué pour cette œuvre de charité. Dieu infiniment pour cette aide

    BABIKIRE MUNEPO

    Son père est mort suite une maladie de longue durée après beaucoup des soins

  • Les deux parents sont morts par les balles .Tous deux sur la route de Rutshuru pour Goma ; ils ont été tues par les coupeurs de route .Ils étaient en provenance de Goma pour Rutchuru pour un petit voyage d’affaire. Les parents de Gloire sont mortalors qu’il avait 4 ans.Il été resté à la maison avec ses petits frères a été informé de cette mauvaise nouvelle que le soir, étant encore très petit il ne savait pas ce qui lui ait arrivé plus son âge scolaire venu plus il connaissait des difficultés. Cet enfant est dans une grande difficulté et c’est pénible vraiment. Il n’a pas ou rester il vit tantôt chez sa grand-mèretantôt chez la sœur de sa mère car aucun d’eux malgré la bonne volonté n’est capable de le nourrir. Cette situation a côté de manque de minerval perturbe aussi la vie de Gloire. Le cas de Gloire était connu de tous le membre de l’église ; ses parents étaient de membres actif de leuréglise sa grand-mère est aussi une vieille très engagée au sein dans l’église. C’est le Révérend Pasteur qui a donné rapport par pitié, en supplié les anciens de l’église de lui prendre en charge. A l’arrivé de CFR nous avons été soulagé car en vérité l’église avec ses moyens très limités avait des difficultés de lui payer le minerval. Depuis qu’il est avec CFR il étudie bien et réussi sans aucune difficultés Merci à Ruberwa et au CFR pour cet acte Que Dieu vous bénisse infiniment pour avoir soulagé mes peines.

    GLOIRE KANYAMUKENGE

    Les deux parents sont morts par les balles.

  • Le père de cette fille est mort lors de la guerre del’AFDL à GOMA par balle. Sa mère suite aux émotions, a été malade plusieurs fois,elle a attrapa la tension,hospitalisée pendant beaucoup de jour , elle est morte à la suite de sa malade. Le père est à mort en présence de sa famille, l’enfant encore mineur a ététraumatisé par la mort de son père et surtout de sa mère. Cet enfant est gardé chez sagrand-mère qui est aussi veuve et vit sans rien faire comme travail en vendant des braises à la porte de sa maison.Elle est trop vielle sa grand-mère et tombe souvent malade. Présentement cette fille étudie sans difficultés parce que ses frais scolaires sont pris en charge par CFR. Que le tout puissant bénisse maitre Ruberwa et sa famille.

    KAVIRA – NADEGE

    Le père de cette fille est mort lors de la guerre del’AFDL à GOMA par balle.

  • Mes deux parents sont morts dans des circonstances différentes. Mon papa est mort assassiner sur la route de Sake pendant la guerre du CNDP. Mamère est morte après une longue maladie du VIH/SIDA, je suis resté orpheline de Père et de Mère Mon père été un maçon il venait de masisi pour chercher à manger il nous a laissé sous aucune aide ma mère nous a laissé après sa longue maladie sans aucun moyen .C’est la grand-mère qui m’a aidée dans un premiertemps maintenant mon grand-père est gravement malade il souffre d’un cancer de la gorge. Notre Eglise 5 Celpa salem, après avoir constaté notre souffrance et quand le bienfaiteur est arrivé mon cas fut parmi le premier cas a être retenu.. Nous louons le seigneur qui a fait que Ruberwa et son CFR puisse songer à nous aider pourque nous soyons un jour utile à la communauté et a nous-même. Que Dieu vous bénisse pour avoir pensé aux orphelins comme nous.

    KIRUTSI ANGE

    Mes deux parents sont morts dans des circonstances différentes.

  • Mes deux parents ne sont plus. Ils sont tous mort d’une même maladie le SIDA, mon papaétait un travailleur au Rwanda. Apres un période il est revenu à la maison pour annoncer à ma mère la séparation il vivait avec une autre femme au Rwanda. Apres sa mort on a amena son corps a Goma pour l’enterrement mais malheureusement, il avait déjà contaminé ma mère. Mamanqui est resté malade pendant longtemps a été paralysée. Mes grands-parents ont tenté de le soigner mais ça n’a pas marché. Elle a succombé à son tour. A la mort de mes parents je suis resté sans aucune aide. Les parents de mon papa ne veulent pas de nous. Nous vivons dans la famille des parents de ma mère. Depuis que j’ai commencé mes études je n’ai pas eu de stabilité ni dans ma vie ni dans mes études .Tantôton me demande d’aller chez-nous alors que notre famille ne veut pas de nous. Mais, le Dieu de grâce m’a accorder une famille qui m’a aimé qui me paye le minerval et qui me redonne espoir de la vie et de penser à l'avenir. L’église m’a choisi a cause évidemment de ma situation déplorable. Je suis heureux de ce que ma vie est devenue belle bien que j’ai des problèmes d’uniforme et parfois de nourriture. Que Dieu soit bénisse maitre Ruberwa et sa famille.

    BALINGENE JULIEN

    Mes deux parents ne sont plus. Ils sont tous mort d’une même maladie le SIDA,

  • Mon père est mort jeudi 25/05/2005 a un lieu reculé du sud- Kivu appelé Force Bendera .Il est mort de noyade, il se rendait à ndolo pour chercher de l’or parce qu’il était un commerçant ambulant del’or. Nous avons attendu beaucoup de temps avant de savoir de ses nouvelles. Nous avons étéinformés de sa mort qu’après deux ans. J’aimais beaucoup mon père, mais suite à ses multiples voyages je n’ai pas eu le temps de vivre longtemps. Mon père était un homme qui se débrouillé bien pendant sa vie, on pouvait louer une maison, manger et payer le minerval. Ma mère elle, a disparu nous ne savons pas si elle est vivante ou si elle est aussi morte on n’a perdu ses traces depuis 2008. Elle était sortie pour aller rendre visite à des membres de notre famille, à quelques kilomètre de Goma .Nous ne savons pas les circonstances de sa mort. Il m’arrive souvent de penser que peut être par miracle je peux la revoir mais, j’ai perdue tout espoir surtout qu’en ce temps il ya avait des miliciens dans région. Depuis la disparition de mère j’ai été accueillie chez une famille amie à ma mère dans la ville de Bukavu le responsable de cette famille d’accueil avait fait affaire avec mon père. Il me chassera de sa maison sous prétexte que je suis une porte malheur. J’ai passé plusieurs fois la nuit dans la rue,pour manger je me rendais chaque matin au marché de kadutu, pour aider les commerçantsàtransporter lesbagages pour que l’on me donne un peu d’argent pour manger. Je ne peux pas oublier ce moment transport car je suis resté avec une cicatrice dans ma tête. En effet j’avais transporté un bagage ou il avait des objets tranchant (deshoues) sans le savoir, je me suis blessé dans a la tête je n’ai pas eu des médicaments pour se soigner. J’y mettais des herbes pour me soigner. J’ai trouvé un camion qui se rendait àGoma, et j’avais étéinformé par un copain qu’il y’aurait une sœurà ma mère qui y vivait et qui priais a l’église Salem. Quand j’y’suis arrivé elle m’accueillant, mais avec des moyens limités, il me conseillant de commencer les études mais j’étais régulièrement chassé de l’école. L’égliseCELPA, au travers la commission charge des vulnérables m’a informé qu’elle m’a soumis au cfr pour qu’il puisse m’aider dans mes études. Je bénieinfiniment Dieu pour m’avoir donné cette connections divine qu’est CFR qui a soulagé mes peines en payant le minerval. Que Dieu bénisse la famille me Ruberwa.

    ZIHALIRWA BASHOME

    Mon père est mort jeudi 25/05/2005 a un lieu reculé du sud- Kivu appelé Force Bendera.

  • Mon père est mort le 29/12/2009, de suite de maladie de foie il a été malade et l’hospitalisé pendant 7 mois à l’hôpital de Goma. Sa profession, c’était un cuisinier chez une famille des indiens. Ma mèreelle, estvivante, mais elle n’a pas de moyens pour me payer le minerval. Elle s’adonne plus à la prière, et à la propreté dans l’église mais dans la vie elle vend la braise devant notremaison. A l’école, on me chasse plus comme c’était avant que je ne sois aidé par cfr. Le Dieu qui écoute les prières de ses saints m’a entendu,mais surtout il entendu les prières de ma mère qui priait jour et nuit, pour moi et mes frère. Dieu a répondu par le biais de CFR qui nous donne la chance d’espérer à un avenir meilleur en payant les frais scolaire. Mon pèreétait anciens de l’église CELPA ce qui fait l’église connaissait ma détresse. C ‘est au fait le conseil des anciens qui m’a choisi pour soumettre notre cas au CFR. Actuellement nous étudions sans problème, lerésultat scolaire s’est largement amélioré, nous avons l’espoir d’étudier et d’avoir une vie heureuse. Nous, les gens aidés par Ruberwa avons aussi un défis, de faire pour les autres ce que l’on a fait pour nous. Nous remercions infiniment cette famille, qui a amélioré notre vie et qui s’est privé du peu,qu’elle dispose pour nous aider. Que Dieu vous Bénisse

    DANIEL KABANGALA

    Mon père est mort le 29/12/2009, de suite de maladie de foie

  • Le papa de l'enfant est mort d'une maladie à Goma en 2000 et la maman est décédée d'une maladie de tuberculose Goma en 2011.Apres la mort de ses deux Parents, l'enfant vit chez son grand - père (père de sa mère) sans profession. II est lui-mêmenécessiteux, ne peut subvenir au besoin éducationnel et nutritionnel de l’enfant. L'enfant n'a pas été choisi parce qu'elle est seulement adventiste mais à cause de sa vulnérabilité. Depuis Septembre 2012 c'est le bienfaiteur CFR qui soutien l’élève en frais scolaires. A cause de cette intervention, le tuteur de l'enfant a été, tant soit peusoulagé dit-il. L’enfant ne plus chassé del’écoleà cause de l’intervention du CFR dans ses études.Ilya quelques difficultés qui reste comme le manque d’objet classique et d’uniforme.

    NYOTA GISLAINE

    Le papa de l'enfant est mort d'une maladie à Goma en 2000

  • Le papa de l’enfant est mort en 1996 par suite d’une maladie .il en est de même de sa mèredécédée en 2007 par suite aussi d’une maladie. L’enfant reste chez son oncle maternel qui apparemment, a une grande charge familiale. Les ressources de cette famille d’accueil sont vraiment insuffisantes.Son oncle éprouve les difficultésà nourrir et à payer les frais scolaire même pour ses propres enfants. Depuis la 1ere jusqu’en 4eme annéeprimaire, il était supporté par ses parents.Depuis la 5eme jusqu’en 1ere annéesecondaire, il était sous la charge de la famille de son oncle maternel. Depuis la 2eme jusqu’en 3eme année, il est supporté par CFR.L’importance del’intervention de cette dernière l’enfant étudie ses difficultés ce qui influence en bien ses résultatsscolaire. L’enfant a été choisi car il était parmi les grands vulnérables (orphelin total) d’une l’écolegérée par l’Eglise adventiste. L’enfant étudie sans êtrechassé de l’école, ce qui fait, qu’il réussitbien en classe. Il a même été le 1er de la classe avec 82,4% pour la 1ere période de cette année scolaire 2012-2013.Que bénisse Ruberwa pour cet acte rare.

    MUHINDO FISTON

    Le papa de l’enfant est mort en 1996 par suite d’une maladie.

  • Le papa de la fille est mort alors qu’il était professeur à l’institut Maranatha et il était aussi technicien a la RTNC/Goma .Il est mort àGoma ,par une maladie ,en date du 13/11/2005. La mère de l’enfant a connu un accident de circulation grave en date du 13/07/2007 ;soit deux ans après la mort de son mari ,pendant qu’elle faisait des activités commerciales pour faire vivre ses quatre orphelins. A l’heure qu’il est cette maman est invalide, elle ne quitte jamais son lit ou elle dort depuis le temps. Elle est en étattrèsdéplorable elle ne sait même pas si ses enfants sont à ses cotéou s’ils sontabsents, pour les études et autres besoin cela parlons pas. L’enfant est presque orpheline totale, carmême la mère qui reste est une charge pour cet enfant. Du retour de l’école elle s’occupe de tous ses soins, difficilesàréaliser la vie que mène cette fille. Quad on demande à cette fille son histoire elle ne peut qu’introduire et le reste relate son histoire en pleurant. L’enfant vit de la dépendance des bienfaiteurs pour vivre. Apres la mort de son père et l’invalidité de sa mère l’enfant, a était appuyée par différentes familles de bonne volonté. Dès la 4eme en 5eme année,elle est supportée par CFR. L’enfant était en situation très difficile à tel point qu’il fallait prendre même ses trois frères. Actuellement l’élève est soulagé par CFR en lui payant les frais scolaire .Même si elle passe souvent la nuit sans manger, mais elle est au moins assurée du payement du minerval. Que Dieu bénisse papa Ruberwa.

    LOUNGE NIKUZE

    Le papa de la fille est mort alors qu’il était professeur à l’institut Maranatha

  • Le papa de l’enfant SORE est mort de suite d’une maladie non vraiment connue. La mère de l’enfant madame mukantungara a abandonné SORE dès le jeune âge, pour se remarier a un autre homme qui vivait loin de son village. Apres la mort de son père l’enfant est allé vivre chez ses grands-parents vieux etsans profession. Depuis la première primaire l’enfant était à la charge de sa tante paternelle qui lui aussi n’avait pas de moyens. Depuis septembre 2012 c’est le bienfaiteur CFR qui soutient l’élève en frais scolaire et l’enfant est dans la joie parce qu’elle étudie sans aucunes difficultés par rapport au temps passé. L’enfant a été choisi à cause de sa vulnérabilité et surtout celle de la famille d’accueil.L’église a estiméqu’il fallait que son cas soit soumis au cfr, car elle avait déjà entendu parler de bonnes actions de cfr dans le camp de déplacés et dans la ville. Actuellement l’enfant étudie sans beaucoup de problème et évolue très bien. Nous demandons en prière au Dieu tout puissant créateur de la terre et le ciel à bénir Ruberwa et sa famille pour l’amour qu’ils ne cessent de nous témoigner à travers ce minerval.

    SORE DAVID

    Le papa de l’enfant SORE est mort de suite d’une maladie non vraiment connue.

  •  Mon père est mort quand j’avais seulement une année , il est mort pendant un voyage dans la foret de grand nord dans le lubero. Selon des informations que dispose ma mère il parait qu’ils ont été tués par les miliciens FDLR. Nous sommes une famille de beaucoup d’enfants nous sommes tous dixenfants. Notre mère est vivante, mais compte tenu de l’effectif des enfants à sa charge et de la pauvreté excessive nous sommes comme des orphelins totaux. Ma mère vend les braises au petit marché du quartier ; son commerce ne rapporte pratiquement rien. Nous passons souvent la nuit sans manger et lorsqu’on parvient à trouver quelque chose pour manger, payer le minerval reste une difficulté insoluble pour elle. Beaucoup de mes frères et sœurs ne sont pas scolarisée.Nous vivons de l’aide des membres de la famille. Depuis que je suis supporté par cfr depuis deux ans, le problème du minerval ne se pose plus, ceci influence positivement ma vie et surtout mes études. Mes frères et sœur m’appelle le fils de Ruberwa m’envient beaucoup. Cet enfant a montrédes performances spectaculaires. Je reste encore avec des petits problèmes liés aux habits, surtout à l’uniforme et aux souliers. Que Dieu vous bénisse maitre Ruberwa pour avoir pensé à nous orphelins. Merci beaucoup.

    MPUTU COSMAS

    Mon père est mort quand j’avais seulement une année , il est mort pendant un voyage

  • Le Papa de l’enfant qui vivait de l’agriculture, mais dépourvu de son propre champ est mort pendant la guerre par un coup de balle de cartouche là où il était parti se cacher en 2008. Même sa mère est morte pendant cette période en 2008 par des coups de balle au même moment que son mari. C’était le tout premier enfant de cette pauvre famille. L’enfant reste chez sa grand-mère dépourvue des moyens est logée dans une parcelle d’autrui. La vieille maman, incapable de se fournir les moyens, pour scolariser cet enfant, vit de la dépendance des autres personnes de bonne volonté car, n’étant pas capable de transporter même les fardeaux d’autrui pour sa survie. Elle est très vulnérable ; n’eut été l’assistance de CFR l’enfant serait encore à la maison, c.à.d. non scolarisée. La grand-mère de cette enfant arrivait régulièrement à l’école pour plaider du cas de son orpheline. La Direction scolaire soucieuse de la situation de l’enfant, à accepter qu’elle soit apprenante au sein de l’école. Celle-ci est dépourvue aussi des moyens financiers car elle est implantée au milieu du camp de Mugunga III où 82% de ses effectifs scolaires sont des déplacés.Actuellement, l’enfant évolue convenablement en 1ère année mais elle arrive à l’école sans souliers avec des habits salles et déchiquetés. L’enfant a été choisi par l’Eglise adventiste car sa vulnérabilité était grave plus que les autres enfants. Elle a été abandonnée par ses parents sans qu’elle atteigne l’âge de scolaire. Actuellement l’enfant étudie avec espoir car elle sait qu’elle a trouvé CFR come parent moral pour épauler a sa situation qui était en étant critique et médiocre,... L’enfant continu à manquer de quoi manger dans la famille où l’enfant vit ; Manque d’uniforme et divers objets classiques ; Pas habits, souliers. L’enfant est très reconnaissante pour l’action de cfr qui paye ses frais scolaire. Que dieu bénisse le donateur et sa famille.

    IRANSHUBIJE SABATO

    Le Papa de l’enfant qui vivait de l’agriculture, mais dépourvu de son propre champ est mort

  • Nous sommes une famille de six enfants orphelins .J’ai mes deux frères ainés. Mon père était chauffeur de l’office de route une entreprise publique, mais qui ne payées pas bien ses agents. Mon père est tombé malade a cause de l’engin lourd qu’il conduisait .Il n’a pas eu de soins appropriés il est mort en 1999. Une annéeaprès sa mort mère est morte elle aussi avec la maladie inconnue. Durant toute l’année de sa maladie elle s’est soignée avec l’argent de la seule parcelle que notre père avaitacheté .A sa mort notre vie avait changé mais le mauvais sens. La famille s’est partageant les enfants moi j’étais allé chez ma grande sœur qui était mariée à un militaire. Dans la guerre qui a eu lieu à kanyabayonga pendant la transition le mari de ma sœur y est mort. Nous avons beaucoup souffert durant notre vie à cause de manque de nourriture et à l’école j’étais régulièrement chassé. L’égliseméthodiste libre, par le conseil en charge du social s’était réuni pour répondreà la demande de CFR, qui avait besoin des enfants orphelins vulnérable, et intelligent pour les aider. Il m’a choisi et voilà comment je me suis retrouvé avec joieaidé par le cfr. Je remercie le cfr de papa Ruberwa pour cette aide et que Dieu le bénisse dans toutes ses entreprises et affaires

    MWASHITE MUKONKWA

    Mon père est tombé malade a cause de l’engin lourd qu’il conduisait .

  • Son père était vendeur de farine de manioc àwalikale, lorsque il était allé a la recherche de ses marchandises dans le zone reculée, ils se seront rencontré avec les FDLR,papa et se compagnons de voyage on voulu fuir face à la menace de ces miliciens, c’est de là qu’ils ont été abattu. A la mort de mon père (selon le tuteur) sa mère se prostituant et fut morte par la maladie HIV en Aout 2008. La famille n’avait pas de moyens, son père faisait des petits commerces legrand-père qui était dans la ville de Goma a eu des nouvelles et a envoyé de message pourqu’on puisse amener Aline L’enfant resta avec sa grand-mèreâgée de 67 ans .Ils vivent difficilement, ils louent une petite maisonnette, il mange à peine. Cet enfant payait les frais scolaires lorsque sa grand –mèreréservait quelque choses or il était difficile de faire de réserve pour une personne qui ne travaille plus. Elle fait les travaux de propriété à l’église. Lorsque les gens le bonne foi comme CFR était venu chez nous, le conseil de notre église a choisi cet enfant qui allait arrêter se études faute des moyens. Depuis qu’elle est assistée par le CFR l’enfant évoluetrèsbien. Nous remercions infiniment le CFR, pour son assistance que Dieu le bénisse

    ALINE MUCHOBWA

    Son père était vendeur de farine de manioc à walikale,

  •  Mon territoire WALIKALE est l’un des territoires qui ont plus de potentialités économique, il est surtout riche en ressource minières. Mais ceci est peut être son malheur ,c’est une zone où il y a des guerres interminables. Ses parents ont été brulés dans leurs maisons, Par les FDLR. Il parait que mon village été pro-gouvernemental qui les avait attaqué il ya avait de cela une semaine. J’ai eu une vie sauve grâce à mon frère qui me tira hors de feu après la mort de mes parents. C’est un miracle je ne sais même pas pourquoi Dieu m’afait sortir seule et mon frère de cette mort. J’étais seulement brulé. Les voisins m’ont ramassée et confiée à un commerçant ami de mon père qui fuyait en se rendant àGoma. Ce commerçant me confia à son tour à ma grand-mèreà Goma. Nous vivons très mal nous n’avons rien à manger mon, Dieu merci mes études sont au moins assurer. Depuis que je suis assistée par c f r j’évoluetrès bien àl’école. Que Dieu soit loué. Je remercie la famille Ruberwa pour son aide que DIEU VOUS BENISSE.

    SARAH CHARMANTE

    Ses parents ont été brulés dans leurs maisons, Par les FDLR.

  •  Les Parents de l’élève sont tous morts par maladie non connue par la famille ils sont morts à GOMA .Tichic était le fils unique de sa famille. Samère est décédée en avril2002 le père décéda deux ans après. Tichic vivait avec sa grand-mère, mais présentement il vit chez son grand son oncle paternel qui lui procure à mangerseulement sa grande mère de son vivant sedébrouiller pour le minerval mais malheureusement elle est décédée l’année passée. La famille d’accueil est elle aussi en situation extrême et difficile ; il vit grâce aux offrandes de l’église, parce qu’il est employé par l’église comme intendant et secrétaire. L’enfant a rempli toute les conditions et Critère de choix de CFr. Cet enfant a été trouvé orphelin de père et de mère et vit difficilement chez son oncle paternel. Il a été choisi par l’Eglise de la CBCA Virunga et l’Association MusamariaMwema qui encadre les orphelins de l’Eglise Virunga .Vie actuellement très bien actuellement après l’aide de CFR ; il vit bien, pas de difficultés car il n’est plus chassé de l’école, et le peu de moyen trouvé à l’église peut servir maintenant à sa restauration, ses vêtements.

    KAMBALE KANYERE

    Les Parents sont tous morts par maladie non connue par la famille ils sont morts à GOMA

  • Les deux parents sont morts par maladies, personne ne sais exactement le nom de cette maladie mais selon les responsable de l’enfant il estime que ses deux parents sont mort du sida. Le père a été le premier à mourir il est mort en 2003 et sa mère est décédée en 2011. Solange est avec ses deux frères qui sont aussi mineur. Apres la mort de ses parents le mode de vie de la famille a complètement change les orphelins ont été cédés à leurs grands-parents encore en vie mais qui ne travaille pas et qui tombe souvent malade. C’est un enfant vulnérable car selon lui-même il manque la nourriture.Il nous arrive souvent à passer la nuit sans manger et nous pleurons avec mes frères et nous prions à Dieu pour qu’il change notre situation. Nous avons la foi en lui qu’un jour il répondra a notre prière Nous avons constaté une nette amélioration de résultat scolaire une année après l’intervention de CFR; Elle commence à occuper la 10e place avec plus de 60%. Car elle n’est plus chassée de l’école, et les vieillards peuvent maintenant acheter du soulier pour l’enfant. Ils ont remercié grandement CFR pour l’aide. . Nous sommes vraiment, moi Solange et mes deux frères reconnaissants pour maitre Ruberwa et sa famille pour son acte de charité. Nous faisons actuellement partie de sa famille. Que Dieu vous accorde de nombreusesbénédictions pour que nous, orphelins nous puissions continuer à manger par tes mains. Merci

    KAHAMBU SOLANGE

    Les deux parents sont morts par maladies

  •  Le père est mort pendant la guerre de libération de 1996, suite une bombe qui est tombée sur leur maisonnette à GOMA dans le quartier NYABUSHONGO.Jean dieu était le deuxième fils de sa famille .Son père est mort quand il avait seulement huit mois. La vie familiale après la mort du parent  qui travailler comme maçon. Les deux orphelins sont avec leur mère veuve délaissée sans logement. Ils vivent dans une chambrette salon l’église à Katindo. La famille vit difficilement, Il y a des fois où leur bailleur presque fou, arrache la porte de la maison lors du non payement a temps du loyer. La vie chère de la veuve avec ses deux orphelins a fait que l’enfant avait été malade due a la mal nutrition et au manque de vitamine. La Vie s’est améliorée surtout par rapport aux frais scolaires, plus des problèmes sauf le loyer et la ration alimentaire de la famille.

    J.DIEUDONNE BAYAVUGE

    Le père est mort pendant la guerre de libération de 1996,

  • La mère de l’enfant maman Kahindo est morte suite d’une maladie en 2005 et le père a été fusillé en 2009, à lubero par une milice de mai mai.ils ont laissé derrière eux une grande famille ; une famille de sept enfants dont deux garçons et cinq filles. Il n’a pas laissé une aucun bien matériels à cette famille. Mode de vie familiale après la mort du parent : les enfants ont été éparpillés dans plusieurs familles d’accueil. A la mort de ses parents, les enfants ont été éparpillés entre les membres de la famille proches et amis. Solange a été confiée a un membre de la famille qui avait des moyens plus au moins viable que notre, mais il refusa de me scolarisée je ne sais pourquoi. Les autres membres de la famille ont décidé que je quitte cette maison mais sans indique ou je devrais vivre ceci a fait que je sois sans une famille d’accueil fixe. L’impact négatif de cette situation a été plus remarqué au moment où je dois payer le minerval. Elle vit actuellement bien après l’aide de CFR. Elle a amélioré sa réussite de 53 à 60% pour la première période après l’aide. Nous bénissons le seigneur pour cette aide et nous sommes très reconnaissant pour la famille Ruberwa et son CFR.

    KANYERE SOLANGE

    La mère de l’enfant maman Kahindo est morte

  • Mon père est mort de suite d’une maladie il est mort à Goma dans l’hôpital CBCA, endate du 08/11/2006.il a laissé cinq enfants tous mineurs. Depuis qu’ils sont morts nous menons une vie pénible et misérable. La Situation en famille est très difficile nous mangeons àpeine,nous n’avons pas d’habits, nous sommes tous entassés dans une même chambre et lorsque nous sommes malade nous n’avons pas de médicaments. Nous sommes avec notre mère veuve sans emploi, et maladive. Suite à Incapacité physique de ma mère, il lui était impossible supporter ses études,l’église accepta de payer mes études, mais elle aussi n’était plus capable de supporter les orphelins fidèles de l’église qui sont regroupés dans une association appelée le bon samaritain. C’est ainsi qu’elle me recommanda au cfr qui me paye le minerval,une chose que je ne peux pas oublier dans mavie. Je saisiecette occasion pour dire merci à maitre Ruberwa ainsi qu’à sa famille. Merci et que Dieu vous bénisse

    JEAN MAGAYANE

    Suite à Incapacité physique de ma mère, il lui était impossible supporter ses études,

Congo Family Restoration
We strive to offer a better Life Through Education

Building Sustainability

After almost two years in the making, patiently working, resending, waiting, slowly hand carrying and building inventory, getting over a number of hurdles and now finding the perfect place...Congo Family Restoration is most happy and very thankful to announce the Wedding Dress Rental Business is now open and operational in Kinshasa!! Read More

It is an enormous praise - and no small task. Our founder of C.F.R has spent several months in D.R.C. working through a number of questions and issues that have been faced in getting the shop opened.

Just finding a mannequin for display in the shop for instance - was an enormous and expensive task. However, as you can see in the photo - the shop has TWO! While they are not Congolese - they do the job for now and all are thankful and rejoicing!

After much research and interviews...a good looking shop space was secured in a bustling part of downtown Kinshasa. - the Capital of the D.R.C.

The C.F.R. team on the ground determined it was best to be located in the downtown region so that they would be accessible to all potential clients in the surrounding vicinity.

The best source of clients will be future brides from within the various church denominations. As the word spreads, more and more future brides will discover the brand new, gorgeous designer gowns now available at C.F.R.’s shop for rent.

Up to now, brides have often had to rely on relatives living outside of the Democratic Republic of Congo to ship them a gown...and hope that it fits! Most have come in from Europe - and this "competition" will be one of the larger hurdles C.F.R. needs to get over. Therefore, several meetings have already taken place with local church leaders who are on board and in support of the greater good this new rental concept provides.

There is great enthusiasm over the quality, variety and lower cost of renting a gorgeous gown- rather than having to make the enormous investment of having to buy and ship one. In addition, the impact our gown rental has on caring for and educating the C.F.R. orphans - makes rental even more appealing!

There is another shipment of brand new, gorgeous designer gowns that will soon be ready to go to the D.R.C. As the lovely inventory grows - it is a great prayer that word will continue to spread in Kinshasa - and the demand for these special gowns will be great.

The best news of all…the C.F.R. orphaned children continue to do well. We continue to be deeply grateful to our donors and ministry partners. We are especially thankful for the loving foster families of these children.

C.F.R. cannot do what it does to educate, nurture and find loving Christ centered Foster Families for the children without the ongoing support of our generous donors.

While we hope our wedding dress rental business will add to building the self sufficiency and sustainability of C.F.R. - we have a long ways to go before that can happen. Therefore we thank you for your continued donations and prayerful support.

Whatever it Takes...

In the Democratic Republic of Congo, having access to an education is the only real hope for escaping the path of extreme poverty and despair. Poverty is at an unprecedented level and it prevails in The D.R. Congo. Read More

Therefore, if a child is fortunate enough to be able to GO to school - they will do whatever they can to ensure they are able to STAY in school. It is a huge expense for a family and also very competitive.

It is said, "A picture is worth a thousand words" and this photo is no exception. Here a young student is doing "whatever it takes" to finish her lessons and be well prepared for class the next day. Because electricity is rare and very expensive, this student uses the aid of a single candle (because candles are an expense as well) to light up her studies. Her Mother looks on in support of her efforts and provides the encouragement needed to persevere.

Contact Us

  • 13850 Freedom Center Leesburg,
    VA 20176, Congo Family Restoration
    Phone: (703) 953-8346
    Email:

Subscribe to our newsletter